AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Aurel Ionescu ☼ Je purifierais ces terres de mes mains. [terminé a priori]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aurel Ionescu

avatar



Messages : 4
Date d'inscription : 16/12/2012

Qui suis-je ?
Métier: Chevalier
J'habite à: Bacau
Avis politique:
MessageSujet: Aurel Ionescu ☼ Je purifierais ces terres de mes mains. [terminé a priori]   Dim 16 Déc - 9:10


Ionescu Aurel





    Carte d'identité

    ♦️Nom: Ionescu
    ♦️Prénom(s): Aurel
    ♦️Surnom(s): Urmăritor, le traqueur. Vous vous demandez surement pourquoi, et vous ne le connaissez donc pas... Il n'abandonne jamais une cible, il est un des meilleurs chasseurs que l'on ait connu. Il fera toujours tout pour remplir sa mission, il est donc un traqueur hors pair, pour qui sa propre vie n'a qu'un sens limité.
    ♦️Âge: 22 ans
    ♦️Groupe: Soldat
    ♦️Lieu de résidence: Bacau
    ♦️Métier: Chevalier, prêt à offrir son âme pour les Danest


    More

    ♦️Avis politique: Une seule politique envisageable, celle de Dieu. Tous unis sous son unique bannière, voilà le monde idéal d'après Aurel. Il estime que l'utilité des princes touchera à leur fin une fois le mal éradiqué de ces terres, et que le monde sans les fils de Satan saura se gouverner seul, sous les directives du Dieu tout puissant.

    ♦️Spécificité(s): «Le maniement de l'épée est la seule discipline par laquelle un homme peut démontrer sa volonté de vivre dans un monde forgé de ses bras», Aurel Ionescu. Depuis sa tendre enfance, guidé par l'image d'un Dieu bon, il est persuadé d'être un de ces élus qui parcourent la Roumanie pour en supprimer les enfants du diable. Ses mains manient l'épée avec aisance, que ce soit l'épée lourde pour les batailles ou encore les dagues pour les missions plus subtiles.
    Sa discrétion et son dévouement font de lui un allié de choix pour des assassinats, rapide, efficace, et s'il se fait attraper jamais aucune information ne filtrera. Un bon fanatique, comme ils sont tant aimés au clergé.

    ♦️Infecté : Non



About Me

♦Physique♦

La brume matinale recouvre les rues, leur donnant un air sinistre qui ne sont pas pour lui plaire. Il lève ses yeux turquoises vers le ciel, s'agenouillant face à la fenêtre. La lumière filtre à travers l'épaisse purée de pois, ses yeux brillent d'une lueur inhumaine, ils semblent vides de tout, sinon de ce fanatisme qui l'habite. Ses mains gantées se joignent lentement, alors que son visage se baisse avec douceur. De longues mèches blondes lui retombent sur le visage, des mèches dorées, digne de celles que l'on image aux plus beaux anges de Dieu.

Ses lèvres fines s'ouvrent et comme chaque matin il entame ses prières, il restera là plusieurs heures, les fesses posées sur ses bottes de cuir. Ses mollets lui feront mal quand il se relèvera, malgré leur musculature imposante, et il lui faudra deux bonnes minutes pour pouvoir marcher sans boiter. Le quotidien d'un homme que les femmes auraient voulu moins pieux.

Les femmes, elles l'aiment, du moins elles aiment son image. Son allure de sauveur, avec son visage d'adolescent dont l'âge semble avoir oublié de forcer les traits. Elles aimeraient toucher ses muscles, visibles sous ses longues tenues blanches. Il ressemble à un ange, et elles aiment cela tout autant que le reste, son allure de saint leur montre a quel point il leur est interdit, et l'interdiction provoque générale des envies plus grandes encore.

Il laisse toujours derrière lui une impression étrange, son long manteau laisse flotter derrière lui une douce odeur de rose qui ne colle pas réellement avec sa taille imposante et ses muscles décidément trop développés pour son âge. Du haut de son mètre nonante, son odeur plus efféminée provoque souvent les rires. L'on se doute bien qu'il s'agit là d'un parfum, mais peut comprennent pourquoi un soldat, ainsi renfermé sur son Dieu, cherche à avoir une odeur aussi tendre. Un des mystères que beaucoup ne savent résoudre au sujet du jeune fanatique.

♦Caractère♦

Aurel est une personne qui, au premier abord, semble totalement vide de ce que l'on pourrait appeler un caractère. Ses yeux ne montrent rien d'humain, sinon quelque chose comme une profonde déception. Une fois que l'on accepte de prendre le risque de l'approcher un peu, on saisit vite qu'il est loin d'être l'ange qu'il semble être, il est même dans ses actes et ses paroles dans un désaccord intense vis-à-vis des lois divines qu'il énonce fièrement.

Il n'est pas difficile de constater, après moins de dix minutes de discussion, qu'il est quelqu'un d'instable et d'impulsif. Il a tendance à prendre des décisions irrationnelle, surtout lorsqu'elles n'entraînent pas de pertes. Sur le champ de bataille, il ne laisse jamais un tel phénomène se produire, mais dans sa vie quotidienne il est mené par des émotions vagues et qui s'alternent sans cesse. Lunatique pourrait être le mot pour le décrire sur ce point.

Ce trait ne serait pas bien handicapant s'il n'était pas lié à un besoin irrépressible d'exprimer sa colère par la violence. Ses poings sont rarement calmes, ils voyagent entre les divers visages qui l'entoure, sans jamais se fatiguer. On s'attendrait plutôt à un caractère pacifique, en le voyant dans ses vêtements blancs, mais on est loin du compte. Ses mots aussi peuvent blesser, même parfois plus que ne le font ses muscles.

Le plus terrifiant chez lui reste néanmoins le manque d'émotion dont il fait preuve lorsqu'il combat ou est en mission. Sa lame transperce la chaire sans qu'il ne bronche, sans même qu'il ne semble éprouver le moindre remord. C'est pour cela qu'il est régulièrement demandé pour des attaques plus subtiles que des boucheries de groupe. Il excelle dans l'art de l'assassinat, grâce à son manque d'émotion dans ces moments là sans aucun doute.

Les seuls personnes devant qui il ressemble à un humain normal sont ses supérieurs, ils leur voue un culte sans pareil et un respect qui va au delà de l'imagination. Ils lui diraient de se trancher la gorge, il le ferait, c'est une chose sure. Il est aveugle envers eux, comme envers Dieu. De doux sourires, des regards admiratifs et tendres, voilà ce que vous pourrez voir sur son visage en leur présence, ce qui est en soi un rien déstabilisant lorsqu'on a pu le voir sur un champ de bataille.

♦Histoire♦

Toute histoire à un début, mais il serait malheureux de croire que celui-ci se trouve dans la naissance. Non, bien plus que lors de venue au monde, les êtres naissent des expériences qu'ils ont à endurer, de ces évènements qui façonnent leur âmes et la rendent unique. Celle-ci commence au fond d'une remise, faite d'un bois usé par les années, rongé par le climat brutal et changeant de la Roumanie.
Les genoux écorchés par le sol froid, mains jointes tendues vers le ciel, une figure blonde laisse les larmes dévaster son visage d'enfant. Le corps meurtri par le froid, son chapelet tremble avec ardeur entre ses doigts fragiles, alors que ses lèvres bleuies tentent d'articuler une fois de plus la même prière.

Un appel rempli d'amour, sur fond d'une tristesse destructrice, tout droit dirigé vers celui qui sauvera les innocents et punira l'injuste. Ce Dieu logé dans une éternité qui rassure les plus désespérés. Il la répète encore une fois, puis une deuxième, jusqu'à ce que ses lèvres ne veuillent plus bouger, paralysées par le vent pénétrant le petit refuge à la vitre brisée. Il est temps, le petit le sait, il n'aura plus l'occasion de la sauver après ce soir. Ses mains glacées laissent le chapelet glisser jusqu'à son cou, avant d'aller saisir la hache qu'il a soigneusement préparée avant ses longues heures de prières.
Ses genoux sont douloureux, détruits par le poids qu'ils ont du supporter trop longtemps. Ses muscles sont raidis, ses mouvements difficiles, mais il ne reculera pas, il n'a pas le choix, il ne l'a plus. l'espoir que cela finisse autrement, il l'a perdu depuis longtemps maintenant.

La porte manque de s’effondrer sur le sol alors qu'il la laisse se fermer lentement, il écoute la neige craquer sous ses pieds, un bruit qu'il n'oubliera jamais, qui le hantera jusqu'à la fin de sa pauvre vie. Dieu crée et reprends, ses parents n'ont de cesses de le lui rappeler depuis des années maintenant, et c'était une idée qu'il avait acceptée sans comprendre. Jusqu'à ce que cela le concerne, jusqu'à ce que sa famille soit touchée par le doigt squelettique de la mort.
Il laisse les larmes bruler ses joues, et pénètre dans la demeure de sa famille, elle aussi dans un état déplorable. Le lieu est calme, c'en est terrifiant. Ses parents ne sont pas là, ils ne reviendront pas avant quelques heures, comme si Dieu lui signalait qu'il fallait qu'il agisse maintenant, ou jamais. La respiration saccadée de sa sœur, bien que faible, envahit l'espace. Il l'entend clairement, il profite de ces secondes car il après il n'aura plus l'occasion de l'ouïr une fois de plus. Elle ne serait plus là.

Il prend soin de cacher l'arme dans son dos chétif, dont les os semblent déchirer la peau. Une famille pauvre, si bien que l'idée d'être repu est aussi lointaine que la chaleur brulant des rayons du soleil d'été. Une famille qui n'avait pas besoin de cela, de ce fardeau supplémentaire à porter. Il s'arrête à coté du lit de son aînée, tétanisé par l'allure qu'elle a. Les yeux de l'adolescente, ravagés par la douleur, se posent sur lui avec une difficulté inouïe. Le moindre mouvement lui donnent l'impression de mourir, ses muscles se tordent avec violence à longueur de journée. Le voisinage entier peut l'entendre régulièrement hurler, et tous savent qu'ils ne peuvent rien faire contre cette maladie.
Elle devenait une enfant du diable, comme le faisaient de plus en plus de personnes. On l'évitait, on avait peur d'être contaminé, elle vivait seule enfermée dans une douleur qu'elle n'avait jamais souhaitée. Il allait y mettre fin et par la même occasion détruire tout ce qu'il avait tellement aimé.

«- Aurel... J'ai tellement mal...
- Je sais, grande soeur... Je vais te sauver.
- C'est impossible... Tu le sais... N'est-ce pas?
- Fais-moi confiance, je sais comment faire. Ferme les yeux.»

Il la regarde fermer les yeux, alors qu'elle ne se doute de rien. Elle pense naturellement à une tentative veine, de celles que les enfants d'à peine six ans font. Un bisous tendre, supposé guérir les blessures, ou encore des caresses aimantes désirantes d'apaiser les douleurs. Mais rien de tout cela n'est prévu, rien d'aussi beau, d'aussi innocent. Les yeux du jeune blond se figent dans une expression cruelle par sa neutralité. Un regard vide de tout, tel celui de ceux qui ont déjà tout perdu. Ses bras fragiles soulèvent la lourde hache au dessus de sa chevelure, avec difficulté.
L'arme retombe, lame première, de tout son poids sur la gorge de la malade qui, jusqu'au dernier instant, aura pensé que son jeune frère agirait comme un enfant. Le bruit est sec, violent, il transperce les airs et l'âme sans rien laisser derrière.

Les heures suivantes furent consacrées à creuser, alternance douloureuse entre le son du métal rencontrant le sol gelé et les vomissements nerveux du petit. Un long moment d'horreur, des instants qu'il n'oubliera jamais. Des odeurs, des bruits, la vue de la neige, tant de choses qu'il ne pourra plus jamais aimer. Lorsque ses parents furent enfin rentrés ils ne trouvèrent qu'une maison vide, nettoyée de toute trace de sang. Une maison sans leurs enfants, sans le moindre signe qu'ils furent un jour là, à vivre avec eux. Ils crurent une fugue, sans jamais saisir la réalité cruelle du destin que leur fils s'était choisi.




Errer seul, sans plus rien à quoi se rattacher sinon se fois, détruit à chaque pas faisant craquer la neige fraîchement tombée, c'est le genre de vie qu'il eut des années durant. Chasser pour se nourrir, prier pour un meilleur avenir, vivre terré dans des rues malsaines et dévastées par les travers de la nature humaine. Il aurait simplement pu devenir un de ces déchets, écumant les bars à la recherche de plaisirs charnels les éloignant chaque jours un peu plus du regard du seigneur, mais il avait une force d'âme donnée par son amour de Dieu pour le sauver.
Le jeune adorateur de Dieu tomba dans un travers, un seul et unique, qu'il n'arrive pas à réprimer. Un désir grandissant de jours en jours, contredisant toutes les belles paroles bibliques qu'il peut débiter. Un défaut lui collant à la peau, omniprésent et handicapant la plupart du temps, et pourtant qui lui apporta une place dans ce monde. Car alors que ses poings se laissaient tomber sur le visage déjà détruit d'une catin, alors que la violence qui l'habitait s'exprimait sans sembler pouvoir devenir répressible, il pu l'apercevoir. Un de ces êtres de beauté, qui aiment le Seigneur plus que leur propre vie, comme il en est un. Ces dévoués, bercés dans des rêves d'un Dieu bon, manipulables sur simple évocation de la volonté divine.

Le genre d'apparition qui étaient au départ rares dans ces rues détruites, et qui devinrent régulière avec le temps. Les mains douces de ces dévots firent cesser les siennes, et tout colère se dissipa avec aisance. Pour la première fois de sa longue vie de misère, l'espoir se mit à briller dans ses yeux de jeune adolescent en dérive.
Une rencontre qui semble anodine, qui aurait pu ne rien donner au final. La première fois qu'il entrevit la beauté réelle de ce qui n'était autrefois qu'un nom vague : les Danest.

Il se mit à attendre leurs visites avec impatience, buvant avec amour leurs paroles, saisissant leurs mains comme pour qu'ils l’emmènent avec lui,ce qu'ils finirent par faire. Son regard a première vue vide de toute vie avaient au départ provoqués chez eux un recul, mais sa dévotion parvint à éradiquer leurs craintes. Il prouva rapidement qu'il était fait pour servir au combat au nom de Dieu, mû par une fois sans faille. Sa présence était de plus en plus indispensable, et avec le temps et l'entraînement il fut nommé chevalier, lors d'une cérémonie en son nom, ironiquement lors des premières neiges d'hiver.
Son manque de désir personnel fut mit à profit, sa capacité d'abstraction de sentiments devint sa meilleur arme, et les missions étranges se succédèrent rapidement. Des assassinats sur lesquels il ne demandait aucun détail, des guerres pour lesquelles il donnait son âme sans même chercher à saisir le sens, tout cela pour servir Dieu et ses enfants élus.

♦Vous♦


Comment avez vous trouvé le forum ? Grâce à un root-top Very Happy
Votre activité ? Je me connecte plus ou moins tout les jours
Quelque chose à ajouter ? Mhhhh.... J'ai faim TT_TT'



Dernière édition par Aurel Ionescu le Mer 19 Déc - 23:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corneliu Dracul

avatar



Messages : 151
Date d'inscription : 11/12/2011

MessageSujet: Re: Aurel Ionescu ☼ Je purifierais ces terres de mes mains. [terminé a priori]   Lun 17 Déc - 0:21

Hello !

Tout d'abord bienvenu parmi nous, en espérant que tu t'amuseras bien sur le forum.

Ensuite je pense que tu devrais développé un peu plus ton histoire, le passage avec la soeur a l'air un peu sombre, on comprend pas trop se qu'il se passe sur la fin. Et aussi la façon dont il devient soldat. Voila x)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurel Ionescu

avatar



Messages : 4
Date d'inscription : 16/12/2012

Qui suis-je ?
Métier: Chevalier
J'habite à: Bacau
Avis politique:
MessageSujet: Re: Aurel Ionescu ☼ Je purifierais ces terres de mes mains. [terminé a priori]   Mer 19 Déc - 23:25

Voilà, j'ai refais entièrement l'histoire, j'ai constaté que les nuits blanches ne m'aidaient pas à écrire quelque chose de vraiment correct...

J'espère que cette version sera bien ^^ J'ai incorporé plus de détails, j'espère que c'est assez complet!

Ah, oui, j'allais oublier le plus important ! Merci !! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corneliu Dracul

avatar



Messages : 151
Date d'inscription : 11/12/2011

MessageSujet: Re: Aurel Ionescu ☼ Je purifierais ces terres de mes mains. [terminé a priori]   Jeu 20 Déc - 0:45

Les nuits blanches c'est le mal D8. Comme se coucher tard d'ailleurs *die*

Sinon, je préfère cette version ! Pour moi maintenant tout est bon, hâte de voir ça en jeu.

Et n'oublis pas de passer quand même par le recensement ^^. Donc je te dis le mot magique : validé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Aurel Ionescu ☼ Je purifierais ces terres de mes mains. [terminé a priori]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Aurel Ionescu ☼ Je purifierais ces terres de mes mains. [terminé a priori]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Qu'est ce qu'on va s'ennuyer en Terres Immortelles...
» Carte des Terres du Milieu
» Annulation des sessions Terres Balafrées du 25 et 27 mai.
» Editions Icare : Les Terres Suspendues
» Partages de terres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Romania ::  :: Présentation :: Validées-