AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Adam Nicolas Rosetti

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adam N. Rosetti

avatar



Messages : 21
Date d'inscription : 04/04/2012

MessageSujet: Adam Nicolas Rosetti   Mer 4 Avr - 16:58


Adam Nicolas Rosetti





    Carte d'identité

    ♦ Nom : Rosetti
    ♦ Prénom : Adam Nicolas
    ♦ Surnom : Cel Temut (Le Redoutable)
    ♦ Âge : 33 ans
    ♦ Groupe : Rosetti
    ♦ Lieu de résidence : Arad
    ♦ Métier : Duc et instigateur officiel de complots pour la prise du pouvoir.


    More

    ♦ Avis politique : Pour le régne de la famille Rosetti sur la Roumanie. Et s'il pouvait poser ses fesses sur le trône à la place des trois mioches, ça serait encore mieux.

    ♦ Spécificité : Représente le péché de la Luxure.
    Il est également étonnant de constater, connaissant son principal passe-temps, qu'il n'ai toujours pas d'enfants à ce jour. Pas d'enfants officiels tout du moins. Tant mieux, il ne les aime pas.

    ♦ Infecté ? Non.



About Me

♦ Physique ♦

Les paroles volent et s'envolent. Le charme fuse. Les actes n'existent plus. Les notes flottent dans les airs. La joliesse de l'âme ne compte plus, seul le paraitre est tout. Le faste d'une cour, le luxe d'un bal, des richesses à en faire vomir de dégoût et pâlir d'envie le reste du monde. Lourdes robes de velours, décolletés impressionnants, parfums couteux et capiteux, visages délicatement poudrés. Les femmes et leurs yeux de biches face à leurs maints prétendants au dos droit, à la tenue impeccable. Et au milieu, un homme au sourire enjôleur, flatteur. Un brin carnassier peut-être. Il se prête au jeu. De toute sa hauteur, il domine d'une bonne tête la plupart des autres invités. De sa carrure élancée, il se fraie un chemin dans la foule de sangs bleus.

les regards se tournent et l'on susurre sur son passage. Il aurait bien du mal à passer inaperçu, avec ses longs cheveux d'un roux si profond qu'ils en paraissent rouges. Quelques mèches folles. Une coiffure lui permettant de masquer cet œil qu'il n'a plus. Tant mieux. Passer inaperçu n'est pas ce qu'il veut. Il est ici ce soir pour se détendre et s'amuser, non pas pour rester en arrière-plan. Il aime jouer de cette attention qu'il attire.
Un geste, un éclat de voix, on le hèle, il se retourne. La conversation est entamée. Charmante conversation. Conversation dont il n'a cure, faite de futilités et dont il aura tout oublié d'ici la fin de la soirée. Il rit poliment, presque avec dédain, et passe sa main sur son menton, lissant son bouc. Peu le savent, mais ce geste n'est rien d'autre que l'expression de son ennui profond. Pas un tic non. Plus une habitude, quelque chose pour passer le temps.

Puis, son attention se fixe ailleurs. De son regard cramoisi, il ancre un visage qui l'observe de loin. Il prend congé et s'avance. Avec calme. Presque avec lenteur. Mesurant chaque pas. Réfléchissant à sa première parole. La première impression fait tellement de choses. De ses doigts fins, gantés de noir, qui n'ont jamais connu le travail de la terre ni même l'effort, si ce n'était celui du maniement de l'épée, il attrape la main de la douce créature lui faisant face. Belle, jeune, rayonnante, rougissante, elle sent encore l'innocence et les jupons de sa mère. Belle oui. Le genre de beauté qui se flétrira bien vite. Il serait un crime contre sa nature qu'il n'en profite pas avant.
Et le jeu de séduction démarre. Facile. Bien trop facile. Il ne se souvient même plus des banalités qu'il a eu à lui sortir pour l'attirer à lui.
Les paroles volent et s'envolent. Le charme fuse. Les actes n'existent plus. La lourde mélodie de l'orchestre et les pas de danse embrouillent les sens et la capacité de jugement. Ils dansent. Sa longue veste noire flotte au gré des valses. Ce soir, il ne dormira pas seul. Il dormait rarement seul.


♦ Caractère ♦

La nuit est tombée. Lourde. Comme une cape. Une chape de ténèbres. Mais qui a peur des ténèbres ici ? Comment peut-on avoir peur des ténèbres ? Du noir ? Pas un seul couloir, pas une seule pièce qui n'échappe aux milles et une bougies ou lampes à huile. En ces heures sombres, le château inonde les alentours de sa lumière torve et froide. Torve, comme lui. Froide, à son inverse.
Au loin, la rumeur du bal. La soirée est avancée. Les invités ne savent plus où donner de la tête. A chacun de ses pas, la musique s'estompe, les rires se meurent, se font de plus en plus distants. Jusqu'à ne devenir qu'un pâle bruit de fond.

A ses cotés, elle parle. Et parle. Et parle encore. Il ne l'aurait pas cru si éloquente. Pour cacher sa gêne, peut-être. Son angoisse, face à un homme qui, une fois loin des mondanités, une fois en train de se perdre dans les sphères de l'ennui, n'en devient que plus inquiétant. Où donc disparaît cet air si charmeur qu'il arbore lorsqu'il fait semblant de l'écouter et de s'intéresser à son babillage incessant de pimbêche ? Amoureux des mots, convaincu de leur pouvoir sur ses pairs, il abreuve la demoiselle de paroles flatteuses, comme il sait si bien le faire. Elle a beau être naïve, au fond, elle sait qu'aucune d'elles n'est sincère. Mais que peut-elle faire ? Elle a déjà entendu parler de cet homme, sa réputation le précède. Dualité. Il y a le visage qu'il montre en société, et celui qu'il réserve pour les coulisses. Imprévisibilité. Comme le vent, comme le cœur d'une femme, impossible d'anticiper ses réactions. En moment de crise, saura-t-il garder calme et maîtrise dans un silence orné d'un sourire de fiel ? Ou ne pourra-t-il s'empêcher de placer une remarque acerbe teintée de l'humour noir et du sarcasme qu'il chéri tant ? Indubitablement, homme imprédictible. Mais aussi frivole. Mauvais perdant. Railleur. Provocateur.

Le rythme soutenu de leurs pas résonnent faiblement sur les lourds tapis. Ils leurs a suffit de s'éloigner du lieu des festivités pour que les murs recommencent à suinter les complots et le pêché. Mais n'était-ce pas une habitude pour cette famille ? Un air vicié et sale. Vicié par le mensonge, salit par les haines intrinsèques. Il y est habitué. C'est son monde.
Du coin de l'œil, il l'observe. Lui qui apprécie tant la finesse d'esprit, la subtilité d'une intelligente conversation, le voila bien déçu. Oh certes, il se console en se disait qu'elle a d'autres choses à lui offrir pour sa distraction en cette nuit trop calme à son gout. Après tout, voila bien une des principales raisons de sa célébrité. Il chasse. Il charme. Il apprivoise. Il ravit et captive. Esthète, la beauté et la vénusté l'attire. Hommes. Femmes. Cadets. Ainés. Alliés. Ennemis. Bah. En ce monde où même l'inceste semble normal, peu lui chaux. Seul compte le plaisir de la chair et le jeu d'ascendance qui le précède. Pourquoi aurait-il honte ? Il ne connait pas la honte. Pourquoi aurait-il des remords ? Il ne craint que les regrets. Pourquoi devrait-il taire la seule chose qui lui permet de se sentir vivant, plus que les batailles, plus que la nourriture, plus que les richesses ? La luxure est un amour qui consiste à ne vouloir aucun bien à la personne aimée, et c'est bien là ce qui l'enivre.

Et pourtant. Il existe un péché plus destructeur et plus enivrant que la luxure. C'est la passion du pouvoir. Lui serait prêt à tout pour atteindre ses buts.
Sans crier gare, il plaque sa main sur la bouche de la demoiselle et l'attire contre un mur. C'est une zone plus sombre du bâtiment. Moins fréquentée. Elle prend peur. Fébrile, troublée, inquiète, elle pense que tout va déraper. Elle ne sait pas quoi faire. Dans un mouvement de panique, elle tente même de se débattre pour s'échapper de l'emprise masculine qui la retient. En vain. A bien des niveaux. En vain, toujours.

Elle se calme quand elle remarque que son prétendu agresseur ne bouge pas. De sa haute stature, il se contente de l'empêcher de parler et de bouger. Il ne la regarde pas. Il a même oublié son existence. Des voix. Des mots tour à tour agressifs et doucereux qui s'échappent de la pièce à quelques centimètres d'eux, en même temps que le rai de lumière timide de la porte entrouverte. Il connait ces voix. Il en connait les propriétaires. Et la conversation qu'il intercepte lui est des plus passionnantes. Des dessous-de-table. Des menaces. Des conspirations. La planification d'un meurtre. Un rictus s'empare de ses lèvres et s'agrandit au fur et à mesure que ses yeux s'ouvrent d'excitation. Mâchoires serrées, il exulterai s'il ne devait pas se faire discret. Il faut le comprendre. Le moindre détail, la moindre information, tout peut lui être utile afin d'atteindre son objectif final. Soudoyer, manipuler, faire chanter. Tant et tant de façons de mettre en place un plan. Et s'il pouvait obtenir des alliés supplémentaires en menaçant de vendre la mèche, n'était-ce pas encore mieux ? Perspicacité. Prudence. Réflexion. Tellement de clés pour y aller en douceur. Vouloir prendre le pouvoir à tout prix ne voulait pas dire qu'il devait s'y prendre comme un barbare. Finesse et sagacité seraient ses compagnons de route.

Sans jamais se départir de ce sourire belliqueux et provocateur, il s'écarte du mur. Sans un bruit, telle une ombre sournoise, il s'éloigne, entraînant son passe-temps du soir avec lui. Voila qu'à présent, à travers l'atmosphère opulente et angoissante des lieux, il se sent bien plus d'humeur à s'occuper d'elle jusqu'au petit matin qu'il ne l'était au début.


♦ Histoire ♦

« Elizabeta. Minunat Elizabeta.

Je te sais inquiète, dragă sora. Mais ne t'en fais pas.

Voila plusieurs mois que notre frère n'est plus. Toi qui est la plus belle femme que ce monde connaisse, toi qui aime tant te jouer des hommes, es-tu triste ? Regrettes-tu cet aîné que nous ne pourrons jamais revoir ? J'imagine les larmes couler sur tes joues, j'imagine ta lourde robe noire et la tulle qui masque ton visage. Je te revois encore dans un tel apparat à son enterrement. Oh, comme tu semblais effondrée, chère sœur.

N'était-ce pas trop ardu de simuler le deuil ? De faire semblant de geindre sur l'affection ô combien réelle et sincère qu'il t'inspirait ?

Tu ne trompes personne Elizabeta. Du moins pas moi. Tu n'as jamais pu me tromper. Mais n'ai point crainte. Nous savons parfaitement l'un et l'autre qu'aucun de nous n'aimait ce frère. Il nous a volé le pouvoir pour la simple raison qu'il était né le premier. Ce n'est pas sur ces critères qu'un héritier devrait être choisit. Je sais que tu es d'accord avec moi sur ce point. Ah. Car il est évident que nous pensons pareil, tu le sais n'est-ce pas ? Jamais tu ne m'entendra proférer une ineptie telle que "Dieu ait son âme". Si Dieu il y a vraiment, autant que ce chien brûle en Enfer, tu ne crois pas ?

Et pourtant. Pourtant. De temps en temps, je l'avoue, il me revient en mémoire quelques souvenirs. Notre enfance. Évidement, il me semble que nous ne t'avions jamais parlé de comment étaient les choses, avant que tu ne naisses. Et bien sache que Idrescu était... Comment dire ? Ce qu'une famille normale appellerai "un bon grand frère", je suppose ? Je ne sais pas. La faute aux années de l'insouciance. Lui et ses stupides principes de gosse. Il était très prévenant pour un gamin. Et moi, bien sur, moi qui était encore plus jeune, encore babillant, je ne pouvais que ressentir de l'admiration. Rien qu'à écrire ces mots, je me sens ridicule. "Enfance" doit être un synonyme du mot "stupidité"

Bien heureusement, les choses ont changées. Peu de temps après ta venue au monde d'ailleurs. Père n'a jamais voulu que nous restions oisifs. L'armée des Rosetti n'était peut-être pas la plus grande, ni la meilleure - et c'est en m'arrachant le cœur que je dois dire que c'est toujours le cas aujourd'hui - mais en aucun cas il ne voulait que ses fils ne soient pas capables de se battre. Chére sœur, toi qui est une femme, tu n'as jamais connu le champ de bataille. Tes blanches mains connaissent-elles ne serait-ce que le poids d'une épée ? J'en doute. Je ne sais si je dois en être heureux pour toi ou bien te plaindre. Certes, je préfère de loin user de toutes sortes de subtilités lorsqu'une personne m'est gênante, et je n'apprécie guère les façons de faire rustres et primitives telles que celles de nos si estimés alliés les Basarab. Cependant, il y a une certaine satisfaction à sentir son arme s'enfoncer dans la poitrine d'un homme. Sentir son souffle se couper, avant de reprendre, rauque et difficile. Sentir que la vie le quitte peu à peu. Si j'avais fait parti de ces individus ne vivant que pour le plaisir de la guerre et de la mort, j'aurais surement pu dire que cela me procure plus de jouissance encore que celui de capturer entre mes griffes une pauvre pucelle.
Mais suis-je bête. Surement connais-tu tout de même ce sentiment ? Toi dont l'arme est ta bouche. Tes lèvres qui forment des mots de fiel pour charmer. Et tes dents blanches pour arracher goulument la chair de tes victimes.

Dis-moi Elizabeta, quel goût a la chair humaine ?

Je me pose la question, vois-tu. Cela ne doit pas être si mauvais, pour que tu récidives encore et toujours malgré la laideur dans laquelle cet acte te plonge. Est-ce semblable à de la viande tout ce qu'il y a de plus banale ? Rien que l'excitation de commettre une chose tellement contre nature doit rendre la saveur exquise. Est-elle si forte qu'elle en masque l'odeur du sang ? Cette odeur ferrugineuse est la plus puissante que je connaisse. Je me souviens de quelle façon elle m'avait emplie les narines, le jour où j'ai perdu mon œil. Pendant une bataille d'ailleurs. Je n'ai même pas pu voir mon assaillant, tellement le combat faisait rage. Pas que ça ai été une grosse perte me diras-tu. J'en ai toujours un second.

Mais je digresse. Tu m'excusera cette faiblesse, tu sais à quel point je ne peux m'en empêcher. Il y a toujours tellement de chose à dire. Les mots sont incroyables. N'est-ce pas grâce à eux que tu réussis à appâter tes repas ? Que tu mets à exécution tes plans ? Tes plans qui ne marchent que plus ou moins bien au demeurant.

Pendant toutes ces années où Idrescu a appuyé son pouvoir sur le trône de notre famille, crois-tu que je n'ai jamais remarqué tes petites manigances ? Je te voyais préparer le terrain. J'étais souvent absent - il fallait bien que je me construise mon propre réseau d'alliés, je ne suis pas un inconscient prêt à tout donner pour sa famille - mais ma pauvre, pauvre petite sœur, tu n'étais point discrète. Les autres étaient simplement trop stupides pour remarquer tes intentions. Tu te doutes donc que je n'ai pas été surpris le moins du monde lorsque que j'ai vu ta rage lorsque que nos neveux et notre nièce sont montés sur le trône à sa mort. Je n'ai pas non plus été surprit que tu acceptes aussi facilement notre alliance pour nous débarrasser d'eux. Je te comprends. Leurs existences même est une horreur, n'est-ce pas ? Il est difficile de masquer la haine que j'ai pour eux. L'un se complaît dans la nourriture tel le sale môme glouton qu'il est. L'autre est tellement rongé de narcissisme qu'il sera facile de le faire chuter de son piédestal. Quant à la dernière, petite poupée de cire, marionnette qui laisse le contrôle de ses fils à ses frères, sa jalousie est si forte que la manipuler sera un jeu d'enfant. Ils t'ont coupés l'herbe sous le pied n'est-ce pas ? Que tu es pitoyable.
Je ne devrais pas trop me gausser cependant. Je me suis également fait avoir.

Elizabeta, ma sœur. Ma magnifique petite sœur. Il y une vérité que je te dois d'avouer.

Le pouvoir sera mien.

Je suis le seul qui le mérite. Le seul capable de prendre la tête des Rosetti et de gouverner le pays. Je suis le seul capable de nous mener à la victoire. Pas ces trois gamins inutiles. Pas toi. Personne d'autre que moi.

Toi qui te crois la plus belle des femmes, tu es laide, Elizabeta. Tu es immonde. Cette maladie qui te ronge et qui pourri ton sang et ton esprit n'est que juste châtiment. Je sais que tu compte m'évincer une fois que nous nous serons occupés des autres. Mais ne rêve pas. Tu n'en auras pas l'occasion.
Je t'ai fait la promesse de mettre un terme à la vie de ces sales gosses qui nous ont volés ce qui nous revenait de droit, et je la tiendrai. Je les ferai tomber, je les foulerai du pied. Et pour cela, ma sœur, je t'utiliserai jusqu'à la moelle. Puis je te ferai disparaitre. Ce sera comme si tu n'avais jamais existé. Penses-tu que je puisse être pétris de remords ? C'est mal me connaitre.

Tu ne lira jamais ces lignes. Ce sont pourtant les mots que je t'adresserai lorsque j'aurais enfin l'occasion de rire de vos cadavres.

Je suis prêt à tout. Je ne laisserai rien se mettre en travers de ma route.
»

Il ne relut pas la lettre. Il n'en avait pas besoin. Il se contenta de se lever lentement et, se dirigeant vers la cheminée allumée, la laissa choir dans l'âtre. Les langues de feu engloutissérent bien vite les feuillets. Oui, les mots avaient un grand pouvoir, il l'avait toujours dit. Un pouvoir libérateur. Des fois, il ne pouvait trouver la paix qu'en posant par ecrit les myriades de choses qui se bousculaient dans son esprit. Peu importe le ou les destinataires à qui il les adressait, il finissait toujours par les détruire.
Adam resta un long moment figé ainsi, à fixer d'un regard pensif un point invisible parmi les flammes.


♦ Vous ♦

Comment avez vous trouvé le forum ? J'ai vu de la lumière. Je suis entré. Je viens de vous demander un partenariat aussi. (Ouaip, j'ai pas pu résister à l'appel de vos prédéfinis)
Votre activité ? Quotidienne.
Quelque chose à ajouter ? J'vous aime. Je peux ? Ah et c'est ainsi que mourad inaugura le jeune vlad. Il parait.



Dernière édition par Adam N. Rosetti le Sam 7 Avr - 23:28, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feliks Rosetti

avatar



Messages : 46
Date d'inscription : 10/12/2011

Qui suis-je ?
Métier: Prince
J'habite à: Arad
Avis politique:
MessageSujet: Re: Adam Nicolas Rosetti   Mer 4 Avr - 17:06

Juste pour dire que je t'aime.
Tu as pris Adam, mon prédef' favoris. Tu es officiellement mon membre préféré //tramway//

Bref bienvenu à toi (dis moi si je dois effacer ce méchant message si tu as besoin de plus de place pour ta fiche °__°)
Le plus drôle dans tout ça et que je suis moi-même en train de bosser un perso sur ton forum...ahahah :'D

bienvenu à toi - deuxième édition - ! Maintenant je vais arrêter de sauter à la gorge des nouveaux et vous laisser en paix ~

PS: si tu veux changer d'avatar, tu peux, c'était juste pour faire joli °°

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam N. Rosetti

avatar



Messages : 21
Date d'inscription : 04/04/2012

MessageSujet: Re: Adam Nicolas Rosetti   Mer 4 Avr - 17:34

Comment que ça fait plaisir à mon p'tit coeur, un tel acceuil. ♥ En même temps, je ne pouvais pas ne pas craquer pour ce predef' quoi. Si je ne l'avais pas fait, il serait venu m’appeler dans la nuit pour me tourmenter. /briques/

Ah, wouaip, don't worry pour l'avatar, je me doute, c'est simplement en attendant. J'avais juste plus l'inspi pour commencer ma fiche que pour ouvrir photoshop, mais il changera vite de toute façon. o/

Et asdfghjklm. J'vais t'y attendre avec impatience alors. Je suis du genre à groupiter sur mes membres, tu vas pas y couper non plus.


Dernière édition par Adam N. Rosetti le Mer 4 Avr - 18:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feliks Rosetti

avatar



Messages : 46
Date d'inscription : 10/12/2011

Qui suis-je ?
Métier: Prince
J'habite à: Arad
Avis politique:
MessageSujet: Re: Adam Nicolas Rosetti   Mer 4 Avr - 18:06

Ho ho, contente qu'il t'ai plus ! Quant au fait qu'il serait venu te chuchoter des trucs au creux de l'oreille dans la nuit si tu ne l'avais point pris, perso, ça ne m'aurait pas dérangé. If you know what I mean.
HUM HUM. Restons sérieux.

Bref, le reste de la cavalerie qui traine un peu pour le moment risque elle aussi de te sauter dessus ( quelle joie, tes neveux préférés pour t’accueillir :'D !). En tout cas bonne chance pour la suite de ta fiche qui, très sincèrement, comment déjà très, très, trèèèèès bien *___*

Oh oh, vraiment ? Great ~






_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad Basarab

avatar



Messages : 51
Date d'inscription : 10/12/2011
Age : 22
Localisation : forêt de pals ~

MessageSujet: Re: Adam Nicolas Rosetti   Mer 4 Avr - 19:24

Welcome here, rejoins le club des barbus \o/

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam N. Rosetti

avatar



Messages : 21
Date d'inscription : 04/04/2012

MessageSujet: Re: Adam Nicolas Rosetti   Jeu 5 Avr - 14:38

High five dude. o/
Mais pourquoi se contenter d'un club ? Je préconise la religion.

Et Feliks, tu n'imagines même pas avec quelle impatience j'attends que mes neveux et nièce adorés (ಠ_ಠ) me sautent dans les bras pour me saluer. /planque l'arsenic/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad Basarab

avatar



Messages : 51
Date d'inscription : 10/12/2011
Age : 22
Localisation : forêt de pals ~

MessageSujet: Re: Adam Nicolas Rosetti   Jeu 5 Avr - 14:40

toi, oui toi, je t'aime bien : D

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corneliu Dracul

avatar



Messages : 151
Date d'inscription : 11/12/2011

MessageSujet: Re: Adam Nicolas Rosetti   Jeu 5 Avr - 21:42

Hum ça flood sur les fiches hein. Bref bienvenu à toi et courage pour le reste !

(pas de compliment sur les débuts oui parce que pas la tête à lire là)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam N. Rosetti

avatar



Messages : 21
Date d'inscription : 04/04/2012

MessageSujet: Re: Adam Nicolas Rosetti   Sam 7 Avr - 20:08

Merci bien.

Et sur ce, fiche terminée, je la laisse au jugement de mes adorables neveux - et des autres admins, 'videment -. L'histoire est vraiment très vague, c'est volontaire. Je préfère développer ce genre de choses dans les rps. Ceci dit, si vraiment ça ne passe pas, tapez-moi sur les doigts et je modifierai si mon unique neurone n'a pas implosé d'ici là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corneliu Dracul

avatar



Messages : 151
Date d'inscription : 11/12/2011

MessageSujet: Re: Adam Nicolas Rosetti   Sam 7 Avr - 23:50

Et bien et bien. Je ne serais dire autre chose que wa !

J'adore vraiment ta façon d'écrire. Faire les descriptions ainsi fait vraiment rentré dans le personnage, tout comme la lettre à sa soeur dans l'histoire. En plus il y a même pas de faute O.O Ou alors j'ai tellement été séduit et aveuglé par ton style d'écriture que je ne les ais point vu ?

Enfin j'ai une bien belle image de mon ennemi et je pense que tu seras un très bon adversaire.

Je te dirais bien le mot magique, mais je ne sais pas si j'en ai le pouvoir suprême. Patience l'ami ^^ (Bien que pour moi tu l'es)

édit : en faite si je l'ais alors je te dis VALIDE \o/

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam N. Rosetti

avatar



Messages : 21
Date d'inscription : 04/04/2012

MessageSujet: Re: Adam Nicolas Rosetti   Dim 8 Avr - 12:58

Aw. Je suis flatté. Rassuré que ça passe alors.
Et je compte bien mettre des bâtons dans les roues des Dracul.
Merci pour la validation. o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feliks Rosetti

avatar



Messages : 46
Date d'inscription : 10/12/2011

Qui suis-je ?
Métier: Prince
J'habite à: Arad
Avis politique:
MessageSujet: Re: Adam Nicolas Rosetti   Dim 8 Avr - 13:03

Je vais y aller de mon petit commentaire, moi aussi.

c'est...MA-GNI-FIQUE ! Tu as juste super bien cerné le perso ! Un vrai salaud, j'adore ! Et puis ta façon d'écrire est juste tout bonnement sublime ! C'est très agréable, fluide, on ne s’ennuie pas une minute, je dirais même qu'on en redemanderait !

Donc comme te l'a annoncé Corneliu, tu es bel et bien validé et c'est avec joie que nous accueillons parmi nous un(e) si bon(ne) Rpgiste ! :3

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Adam Nicolas Rosetti   

Revenir en haut Aller en bas
 

Adam Nicolas Rosetti

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lettre ouverte au président Nicolas Sarkozy
» Shawn Adam Maxime Séregon [Vagabond]
» Yann décide de se ranger(Florian et Nicolas)
» Plizyè Depite Chanm bas la se gason makomè selon depite Nicolas Descotes
» pour Nicolas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Romania ::  :: Présentation :: Validées-